10 promesses que je m'étais faites avant d'avoir un enfant !

Par Zoé

Lorsque j'étais enceinte, j'avais des opinions très fortes sur comment j'élèverais un enfant, je portais un regard attentif et critique sur les enfants de mes amies, et je pensais qu'il y avait des choses sur lesquelles je ne transigerais jamais...

 

Aujourd'hui, le les appelle mes 10 utopies ;-)

 

1. « L'heure du dodo sera l'heure du dodo, je ne transigerai pas là-dessus. » Hum, cette belle résolution n'a jamais tenu ! Après le goûter, les devoirs, le bain, le brossage de dents, et les rituels du coucher, mes enfants ne dorment toujours pas ! J'ai mis au monde des piles électriques. Et si par chance ils s'endorment tôt, mon mari, qui a des horaires impossibles, saccage cette belle discipline parce qu'il veut "passer du temps avec les enfants" quelle que soit l'heure ! Quant au week-end, j'atteins des sommets de laxisme ; il n'est pas rare qu'ils se couchent vers 23 heures... Il faut bien récupérer de la routine de la semaine, me dis-je !

 

2. « Je n'accepterai aucun caprice ! Il n'y a rien de pire que les parents qui cèdent ! » Ma honte absolue, le supermarché... Mes enfants l'ont compris, je cède devant leur volonté farouche de ne se laisser dessaisir de leurs bonbons que sur le tapis de la caissière. Ils sentent mes limites et en profitent. J'ai toujours eu honte du scandale... Parfois, je fais semblant de ne rien voir, histoire de ne pas sembler trahir mes principes. Version plus lâche : je leur dis d'une voix perchée, bien hypocrite : "c'est seulement pour cette fois, hein", histoire d'avoir l'impression qu'ils ont l'impression que je maîtrise. J'ai un sens de l'honneur aiguisé ;-) 

 

3. « Je ne laisserai jamais mes enfants manger des sucreries les jours de la semaine. » Je m'étais promis de ne leur servir que des desserts faits maison, et seulement en fin de repas... Mais comment les priver de bonbons quand, moi, j'ai régulièrement des rages de sucre ?  S'il me surpennent dans ces moments où je craque, je prends un air civilisé, et je leur dis : "Tiens, j'ai pris 3 bonbons et maintenant je m'arrête, tu en veux 1?" ...Pas sûre qu'ils gobent ce que je lui raconte pour autant. 

 

4. « Je ne laisserai pas mes enfants passer du temps devant un écran juste pour avoir la paix. » Non seulement je les laisse passer du temps devant l'écran pour avoir la paix, mais je les y encourage quand je suis au bord de la crise, que j'ai besoin de souffler, de faire stopper leus cris pendant une demi-heure. Pour avoir bonne conscience, je me dis qu'il vaut mieux laisser ses enfants regarder la télé plutôt qu'être à bout de nerfs et finir par crier pour un oui ou pour un non... Une petite demi-heure devant un écran, ce n'est pas la fin du monde, n'est-ce pas ?.

 

5. « Je ne laisserai pas mes enfants jouer avec mon téléphone. » Comment leur refuser leur tour quand je joue à Candy Crush ? D'autant que ces petits sont plus doués que moi pour passer les niveaux... Je me suis promis une séance d'hypnose pour me défaire de cette addicton LOL... Et puis, lorsque je prends un café avec une copine et que le benjamin est avec moi, rien de tel que de le brancher sur des clips pour converser tranquillement... Ne hurlez pas ! J'ai découvert que l'exposer à des chansons à répétition lui donne du vocabulaire :-)

 

6. « Moi, je ne laisserai jamais mes enfants m'interrompre quand je parle avec d'autres personnes. » Apparemment, la phrase que je répète le plus souvent à mes amies au bout du fil est : "Quoi chéri ? Maman est au téléphone, alors dis-moi vite !"...ça résume tout non ?

 

7. « Je ne mentirai jamais à mes enfants. » J'ai cette fâcheuse habitude de leur dire : "Moi quand j'étais petite, je..."  et je leur décris un comportement de petite fille modèle qui, bien sûr, est une pure projection de mon esprit. C'est un pieux mensonge, à des fins éducatives... 

 

8. « Je ne dirai jamais à mes enfants : ”C'est comme ça parce que c'est comme ça, un point, c'est tout ! » Quand j'étais petite, je trouvais injuste et incompréhensible que mes parents me refusent quelque chose sans justifier leur décision. J'ai réellement pris le contrepied de l'éducation que j'ai reçue en expliquant les choses à mes enfants dès leur plus jeune âge, et en les laissant s'exprimer à souhait. Résultat, ils tergiversent sur tout, exposent systématiquement des contre-raisonnements à mes raisonnements. Tout est sujet d'argumentation à la maison : les devoirs, le bain, le brossage de dents, les sorties... Je découvre désormais les vertus des réponses de demeuré : "C'est comme ça parce que c'est comme ça", "C'est non parce que c'est non", "On ne discute pas parce qu'on ne discute pas"... ça fonctionne mieux que tous les raisonnements !

 

 9. « Je ne critiquerai pas des adultes devant mes enfants »  Les enfants sont fantastiques, lorsque vous ne les contrariez pas, ils sont toujours de votre côté ! Alors parfois, quand quelqu'un ma contrariée, je laisse fuser une petite critique à son égard, histoire d'aiguiser leur sens du jugement et de sentir que ma tribu est à mes côtés !

 

10. « Je ne saoûlerai pas mes amies avec les histoires de mes enfants » Mes melleures amies n'ont pas d'enfants et celles qui en ont, ont de grands adolescents. Alors que j'ai juste envie de me déconnecter quand je suis avec elles, ce sont les épisodes de la journée avec mes petits qui sortent par torrents. Une véritable logorrhée que rien n'arrête ! On m'a conseillé l''écriture comme thérapie, alors voici que je m'y essaie... Je fais partie du groupe PopMoms Community, mais j'utiliserai un pseudo pour garder la tête haute ;-)  

 

A ce sujet, j'aimerais bien savoir si je suis la seule à avoir autant renié mes principes d'éducation parmi vous ! Hâte de vous lire dans le groupe Facebook PopMoms Community !

 

Auteur : Zoé

Crédit photo : Antonio Guillem, 123RF ID61234130    

 

 

 

 

       

Commentaires