Ce que l'hypnose peut apporter à votre enfant

Par Valérie Roumanoff

La pratique de l'hypnose, de plus en plus répandue, est pourtant encore mal connue du grand public et on ignore le plus souvent tous les bénéfices qu'elle peut apporter aux enfants dans différents domaines. Utilisée notamment à l'hôpital pour soulager la douleur ou mieux faire accepter certains soins, il y a également de très nombreux autres champs d'application à découvrir en associant l'hypnose aux enfants.

1/ Les enfants sont des experts en hypnose... car ils sont souvent dans la lune.

L'hypnose est un état naturel, un état d'ouverture d'esprit par lequel nous passons, nous autres adultes, environ toutes les 90 minutes dans une journée.

Ces moments où l'on décroche, les yeux perdus dans le vague, ces moments d'absence où on est là et en même temps ailleurs, ces moments où votre interlocuteur passe sa main devant vos yeux :

- « Eh, tu as entendu ce que je viens de te dire ? »

auquel vous répondez alors confusément :

- « Euh, pardon, j'étais dans mes pensées... »

On appelle cela de la déconcentration, alors que pour un enfant on dira : « il est dans la lune ». Mais c'est bien d'hypnose dont il s'agit.

En voiture, souvent, les pensées s'échappent et nous emmènent bien loin de notre destination.

A l'école, l'enfant regarde par la fenêtre et, comme l'écolier de Prévert, s'échappe ailleurs... Un ailleurs qui n'a pas de but et qui n'obéit pas à une volonté consciente mais qui répond à un besoin naturel.

Il est impossible de rester concentré 100% de notre temps.

Et les enfants, bien plus sages que nous, n'essaient pas de lutter pour réaliser l'impossible.

Être dans la lune leur permet de se ressourcer, c'est un état bénéfique, et contrairement à ce que l'on croit, c'est un état d'apprentissage, c'est là que sa pensée se construit, que ses réflexions se forment, que sa personnalité se développe.

L'ennui - comme les neurosciences nous le prouvent aujourd'hui - est très bénéfique pour libérer leur potentiel en devenir.

CONSEIL : Ne surchargez pas l'emploi du temps de votre enfant, n'en faites pas des ministres avant l'heure ! Ne les pressez-pas s'ils rêvent devant une coccinelle ou en admirant un caillou, ils ont besoin de ces temps d'arrêt, de « perdre du temps pour en gagner ». Ces moments de pause sont nécessaires pour leur permettre de bien grandir et d'être en contact avec leur spécificité.

2/  Les enfants des experts en hypnose... car ils sont connectés à leur imaginaire.

L'état d'hypnose est accessible aussi par l'imaginaire. En se laissant porter par des images, des sons, des idées, on voyage en pensée, on découvre, on crée de toutes pièces des univers entiers.

Les enfants ont ce super pouvoir de ne pas juger ce qu'ils inventent, et leur imagination devient tout de suite une réalité pour eux :

- « On dira que c'est moi la maîtresse et que toi, tu es un cheval »

Aussi dit, aussitôt fait, la scène existe en couleur et en 3D, sans besoin d'effets spéciaux, ni même d'accessoires, tout est dans leur tête et grâce à ce super pouvoir, ils peuvent résoudre toutes sortes de difficultés.

Nous, les adultes, avons tendance à penser que ce qui n'existe pas devant nos yeux n'a pas de réalité.

Et pourtant, nos peurs sont bel et bien imaginaires.

Ce sont nos pensées qui les créent à partir (souvent) de rien.

On s'hypnotise dans le mauvais sens, en se faisant croire à des scénarios catastrophes, en imaginant le pire qui n'arrive jamais, en fabriquant ce que les autres pourraient penser de nous (et qui ne s'appuie sur aucune réalité).

Et quand il s'agit de s'hypnotiser dans le bon sens : en créant des scénarios où les choses se passent bien et où les gens ne pensent pas du mal de nous (et peut-être même nous apprécient), les adultes les rejettent en disant : ce n'est que l'imagination !

L'imagination, disait Einstein est plus importante que le savoir.

Les enfants l'ont bien compris et leur imaginaire leur apporte souvent toutes les réponses (ou presque) dont ils ont besoin.

CONSEIL : Face à une difficulté, vous pouvez demander à votre enfant : « Et si tu savais quoi faire, toi, tu ferais quoi ? » ou « Si tu avais une baguette magique, tu changerais quoi ? » ou « Si tu avais le pouvoir de [son super héros préféré], tu dirais quoi, tu ferais quoi, il se passerait quoi ? ». Vous pouvez aussi lui demander de dessiner « son problème » sur une feuille, puis de dessiner « quand le problème a disparu » sur une autre feuille et pour finir, de faire le dessin « de ce qui permet de passer de la première feuille à la deuxième ». Les solutions sont en eux, comme elles sont en nous, même si si celles-ci sont plus facilement accessible pour eux...

3/  Les enfants des experts en hypnose... car pour eux, tout est possible.

L'hypnose donne accès à plus de choix.

Quand on est coincé dans une situation, face à un problème, on pense qu'il n'y que deux solutions : continuer ou tout arrêter.

La plupart du temps ni l'une, ni l'autre option ne nous satisfait.

L'hypnose permet de découvrir qu'il existe des milliards d'autres possibilités, que le monde n'est pas tout blanc ou tout noir et que dans tous ces choix que nous ne voyons pas consciemment, il y en a forcément un qui nous convient.

Pour les enfants, tout est possible. Ils croient volontiers ce qu'on leur raconte, et cette ouverture d'esprit leur permet de ne pas rester bloqué longtemps dans une impasse.

Ils n'ont pas ces blocages conscients qui font croire aux adultes qu'il faut du temps pour changer ou que le changement est impossible ou encore qu'on n'obtient rien facilement.

L'hypnose permet de retrouver la confiance : confiance en la vie, confiance en la nature humaine.

Ce n'est pas parce qu'on fume depuis 20 ans, qu'on va mettre 20 ans pour arrêter de fumer.

Les changements peuvent être rapides même pour des problèmes qui durent depuis des lustres. On ne nait pas anxieux, on le devient, on apprend à le devenir et tout ce qui est appris peut être désappris.

CONSEIL : Si votre enfant a peur de quelque chose, faites-lui dessiner sa peur et demandez-lui de déchirer la feuille en petits morceaux, de la piétiner, ou/et de la froisser et de la jeter le plus fort qu'il peut. Et puis de dessinez ce qu'il veut à la place. En faisant cela, il change la représentation mentale de ce qui lui fait peur, et donc il change l'émotion qui est créée par cette représentation. Il agit directement sur son cerveau. Et les enfants savent que c'est possible de modifier leurs ressentis aussi rapidement et aussi facilement que cela.

4/  L'hypnothérapie est accessible dès que les enfants savent parler.

Comme les enfants sont des experts en l'hypnose, on dit qu'ils sont « très réceptifs ».

En réalité, tout le monde est réceptif à l'hypnose même les adultes qui pensent qu'ils ont du mal à lâcher-prise.

Car comme vous le savez maintenant, l'hypnose est un état naturel et on ne peut pas passer une journée entière sans aller y faire plusieurs petits tours, même de quelques secondes.

Comme Monsieur Jourdain, on fait tous de l'hypnose sans le savoir : quand vous lisez un livre et que vous vous rendez compte que vous ne savez pas ce que vous avez lu dans les dernières lignes que vous avez parcourues, c'est de l'hypnose !

Quand dans le train, vous regardez par la fenêtre et que vous laissez votre esprit s'échapper en parcourant les différents paysages qui s'offrent vous, c'est de l'hypnose !

Quand on dit que les enfants sont très réceptifs cela veut simplement dire qu'ils entrent plus rapidement et plus facilement en transe que les adultes.

Ils sont en quelque sorte « déjà prêts » pour l'aventure.

Ils n'ont pas les a priori ou les idées fausses qui peuvent ralentir certaines personnes, les « ils faut y croire pour que ça marche » ou les « moi, je n'aime pas perdre le contrôle ».

... Soit-dit en passant, en hypnose, personne ne perd le contrôle. Au contraire, cet état de connexion à soi permet de retrouver le contrôle sur ses émotions, sur ses comportements, sur sa vie. En état hypnose, on  (re)prend justement les commandes de notre machine intérieure.

L'hypnothérapie permet d'aider les enfants dans toutes sortes de domaine : l'énurésie (pipi au lit), les cauchemars, les peurs, les phobies, les tics, les difficultés à l'école, le sommeil, la confiance en soi...

Avec des techniques ludiques, des jeux, des dessins, des histoires, l'hypnothérapeute va permettre à l'enfant de trouver lui-même ses solutions, de changer de regard sur les situations qu'il traverse, ou encore de changer de comportement en en créant un autre qui lui convient mieux.

Parfois l'enfant est porteur d'un symptôme qui maintient inconsciemment l'équilibre de la famille en place. Il sera alors intéressant d'avoir une approche plus systémique où le changement s'opérera chez différents membres de la famille en même temps.

CONSEIL : Quelques séances suffisent la plupart du temps (de 1 à 3) pour résoudre une difficulté chez un enfant. Un des avantages de l'hypnose est que l'enfant n'a pas besoin de parler longtemps de ce qui le préoccupe pour commencer à le modifier (ce qui arrange bien les enfants plus réservés, notamment).

5/  L'hypnose pour bien grandir.

De tout temps, on a raconté des histoires aux enfants pour les aider à grandir. Les contes, les fables, les comptines sont porteuses de messages qu'il est bien plus facile d'intégrer quand ils sont présentés sous forme de métaphores que d'explication détaillée.

Les métaphores sont l'outil phare de l'hypnose.

Quand l'enfant écoute l'histoire, il part en voyage, crée des images, des couleurs, des formes, il entend des sons et entre en état d'hypnose.

Plus ouvert, plus réceptif, il comprend et intègre (inconsciemment) les messages, les idées, les apprentissages dont il est question.

Le soir est particulièrement propice à ces moments de rêverie, car cette transition entre la journée et la nuit crée naturellement un espace de flottement où tout est possible.

C'est pourquoi j'ai écrit deux livres d'histoires hypnotiques à lire le soir. L'un est principalement focalisé sur le sommeil : « Le marchand de sable va passer, 20 histoires qui facilitent l'endormissement » ; l'autre répond aux différentes problématiques que peut rencontrer l'enfant sur son chemin : « Les histoires magiques du soir, 15 contes pour bien grandir. »

CONSEIL : Utilisez les métaphores pour mieux vous faire comprendre de vos enfants. Une histoire simple avec des personnages-animaux, des fées ou des lutins ou encore des super-héros vont naturellement attirer son attention et le focaliser sur ce que vous voulez qu'il entende. 

6/  L'hypnose pour mieux communiquer avec les enfants.

L'hypnose est également une science de la communication.

Elle nous révèle le pouvoir des mots et leur impact sur nos interlocuteurs.

Savez-vous par exemple, que le cerveau ne comprend pas la négation ?

Si je vous dis : « Ne pensez pas à un singe vert », vous allez automatiquement créer dans votre tête l'image d'un singe vert que vous allez ensuite barrer ou colorer autrement.

Le cerveau fonctionne avec des images et une non-image ne peut pas être représentée.

Alors quand vous dites à un enfant : « Ne cours pas », sachez qu'il se voit instantanément et automatiquement en train de courir. Il peut même s'élancer vers le passage piéton, pensant faire ce que vous lui demandez !

Si vous lui dites par contre : « Marche tranquillement à mes côtés », il sera bien plus susceptible d'intégrer votre demande parce qu'il l'aura visualisée.

Pensez donc à toutes ces injonctions négatives que chaque parent prononce à longueur de journée : « Ne tombe pas, ne tape pas, ne touche pas, n'ai pas peur, ne pleure pas...» et voyez les images qui sont directement construites au même moment dans le cerveau de vos enfants.

Parler en positif est la première des choses à mettre en place si l'on veut être compris par notre interlocuteur : « Reste à côté de moi, tiens-moi la main, apaise-toi, rassure-toi...»

C'est une gymnastique de l'esprit qui est fort utile car elle vous permet de vous entrainer pour réussir à vous parler de façon positive.

Au lieu de vous dire « je ne veux plus être stressée » ou « je ne veux plus me mettre en colère », vous pouvez vous dire : « je veux être calme, serein.e, paisible » ou « je veux être apaisé.e, bienveillant,.e tranquille ». Et votre cerveau, très obéissant, fera (enfin) ce que vous lui demandez !

CONSEIL : Parlez en employant des tournures positives, en créant des images de ce que vous voulez, plutôt que de ce que vous ne voulez pas. Les formulations postitives, vont créer un socle de croyances positives et contribuer à forger la confiance en soi de votre enfant

L'hypnose est une véritable philosophie de vie qui permet de mieux communiquer avec les autres et avec soi-même. Elle nous donne accès à des supers pouvoirs qui sont en chacun de nous et que l'on ignore la plupart du temps consciemment. Et elle est particulièrement efficace chez l'enfant.

Donner accès aux clefs de l'hypnose aux enfants et ce dès leur plus jeune âge est un joli cadeau à leur faire. C'est leur transmettre qu'au lieu de subir les choses (extérieures ou/et intérieures) ils peuvent construire la vie qui leur convient et qui leur ressemble.

Valérie Roumanoff

Valérie Roumanoff est hypnothérapeute, formatrice, conférencière et auteur de plusieurs ouvrages mêlant parentalité et hypnose (« Et si on arrêtait de crier sur nos enfants »« à l'école comme un poisson dans l'eau », chez First Editions), et d'ouvrages de développement personnel (« Vos problèmes vous veulent du bien », « Les 4 croyances qui vous empêchent d'être libre », « Vos paupières sont lourdes », chez Larousse). Elle vous offre son ebook gratuit « 3 astuces pour se faire obéir sans crier »  

Crédit photo : Famveldman 123RF 50840458

 

 

       

Commentaires



Les autres articles