Martine Acabo, une femme au parcours exceptionnel !

Par CK

A l'occasion de la rentrée de septembre et de la programmation des activités parascolaires de nos enfants, nous avons voulu interviewer une maman exceptionnelle : Martine ACABO. Elle a mené sa carrière à la télévision - comme assistante de Pierre Lescure et de Jean-Luc Delarue - avant de fonder l'association Les Petits Loulous du 9e, pour se consacrer pleinement à l'épanouissement des parents et des enfants de son arrondissement ! 

Martine, dites-nous quelques mots sur votre première carrière à la télévision !

J'y suis entrée par un hasard de la vie ! Pierre Lescure — qui était à l'époque directeur général de Canal Plus — cherchait une assistante, j'étais au chômage après quelques années dans la pub, une relation commune m'a parlé du poste et j'ai saisi l'opportunité. 

J'ai passé plus de 20 années à travailler dans le milieu de la télévision, c'était la grande époque, celle où tout était possible, mais sans le voyeurisme actuel. Jean-Luc Delarue avait un mot d'ordre « ne pas faire pleurer dans les chaumières », tout était maîtrisé. J'ai passé 4 ans à Canal Plus et puis 17 ans à Réservoir Prod, c'étaient les belles années de la télé !

Qu'est-ce qui a fait que vous avez changé de vie aussi radicalement ?

... Les deux dernières années étaient dures, Jean-Luc (Delarue) était malade, on avait beaucoup de pression, j'aspirais à vivre autre chose...

Un jour, je suis passée devant le Centre qui est devenu Les Petits Loulous du 9e, et je me suis dit que c'était ce qu'il me fallait ! J'ai quitté la télé pour monter un centre de théâtre, pleine d'enthousiasme, ça c'est fait en 3 mois ! J'ai signé en Mars 2012 et en septembre les cours commençaient, grâce à des professionnels fabuleux qui m'ont suivie.

Très vite on a ajouté des cours de danse, de yoga, mais c'était d'abord des cours à destination des adultes, pas des enfants !

Quand avez-vous fondé l'association Les Petits Loulous du 9e ?

3 ans plus tard, en 2015.  De nombreux parents entraient dans le Centre et me demandaient si l'on dispensait des cours et ateliers pour les enfants.   

Il n'y avait pas à l'époque de cours d'éveil pour les enfants de 3 ans.

Ça m'a alors renvoyé à ma propre expérience avec ma fille quand elle était petite, j'avais moi-même aussi cherché des activités d'éveil, en vain.

J'ai donc lancé les premiers cours de danse pour les enfants. Le succès a été immédiat et, surtout, j'ai vu le bonheur que me procurait de voir ces petites têtes toujours  affectueuses !

Alors j'ai décidé de créer l'Association !

Il faut savoir que j'ai eu beaucoup de difficulté à avoir mon première enfant. Ma fille a été un miracle ! Les médecins m'avaient dit, après plusieurs fausses couches, que je ne pourrais pas avoir d'enfant. J'ai alors entamé une démarche d'adoption, et on n'a toujours pas compris comment 3 mois après le verdict radical des médecins, j'étais à nouveau enceinte, avec une grossesse qui a tenu.

Et donc en voyant débouler ces petites têtes heureuses, j'ai vécu un raz de marée de bonheur. Ma fille était alors déjà grande, et je n'avais pas pu avoir d'autres enfants... c'était une façon de rattraper ces parts de bonheur que j'avais tant souhaités !  

Dites-nous en plus sur votre vie en tant que maman. A quel moment avez-vous eu envie d'avoir un enfant ?

J'ai toujours voulu être maman même si cela a pris plus de temps de prévu. Mais je travaillais énormément. Quand je m'y suis mise à quarante ans, mon corps semblait réfractaire. Beaucoup de fausses couches, jusqu'au miracle dont je vous ai parlé... 

Quel est pour vous le plus meilleur moment de votre grossesse ?

Quand on me l'a annoncé !

C'était juste avant le passage à l'an 2000, on bossait comme des fous sur les plateaux télévisés, mais j'avais quand même la forme et c'était les belles années. 

L'autre meilleur moment c'est quand j'ai appris que c'était une fille ! Mon vœu le plus secret se réalisait…

Quel a été pour vous le moment le plus pénible de votre grossesse ?

La fatigue, je suis tombée plusieurs fois. Je m'écroulais physiquement tout d'un coup. Heureusement ça a été sans conséquence... 

Comment avez-vous vécu la naissance de votre enfant ?  

Elle est arrivée belle, lisse, avec ses grands yeux bleus, elle me regardait c'était le bonheur !!

Qui a choisi le prénom ?

Avec son papa, d'un commun accord on avait décidé de l'appeler Aurore, mais elle avait une telle personnalité — déjà à la maternité  — qu'on a opté pour un prénom qui sonnait comme une trique : Marthe ! Il n'y a pas beaucoup de Marthe, mais elles ont compté : Marthe Bonnard, Marthe Richard, Marthe Mercadier...   

Qu'est-ce qui a été le plus difficile lors de votre retour à la maison ?

L'angoisse de la perdre. Je réalisais le miracle. Je la faisais dormir à côté de moi, je guettais son souffle... Un enfant à 42 ans, ce n'est pas comme à 20 ans, tu réalises le cadeau.

Après, ce qui a été le plus difficile, ça a été de conjuguer toutes les facettes de ma vie : surtout avec mon  travail et le niveau d'exigence attendu, mais mon travail me permettait de subvenir aux besoins de toute la famille... 

En quoi votre enfant a-t-il transformé votre vie de couple ?

Notre enfant n'a pas resserré nos liens, au contraire, pour dire les choses franchement, il a totalement fait éclater notre vie de couple.

On dit que l'enfant est le ciment du couple, ça n'a pas en tout cas été le cas pour nous. Nos divergences se sont réellement exacerbées... On a évolué différemment, tout en assurant au mieux notre rôle de père et de mère.  

Si vous aviez pu le faire, financièrement, auriez-vous souhaité ne pas travailler ?

Ma mère m'a enseigné qu'il était indispensable pour une femme de travailler, d'être financièrement indépendante. Avoir un travail apporte une certaine sécurité matérielle au foyer et aussi une certaine marge liberté. Ma mère a toujours travaillé, et moi-même,  je n'ai pas eu trop le choix... 

Quel a été l'âge le plus difficile à gérer chez votre enfant jusqu'à présent ?

Ma fille a une nature indépendante, et à 14 ans, les difficultés liées à l'adolescente ont fait leur apparition.

J'ai un tempérament très latin, et ma fille très réservée, il arrive donc souvent que ça clashe. Je claque alors la porte et je vais marcher, et quand on se calme, on en discute. Le dialogue est clé, mais parfois il ne suffit pas ! Hélas, il n'y a pas de manuel !

Comment vous sentez-vous aujourd'hui en tant que maman ?

Aujourd'hui les années ont passé, ma fille vient d'avoir 18 ans, chaque étape de sa vie a été une découverte pour elle, un apprentissage pour moi, nous avons construit notre relation dans le respect l'une de l'autre. 

Aujourd'hui, quels sont les meilleurs moments que vous passez ensemble ?

Ma fille est très indépendante et moi aussi, quand nous nous retrouvons, c'est autour de nos passions communes, le théâtre, le cinéma, ou des "trucs" de fille !

Et si tout était à refaire, que feriez-vous de différent ?

Je ne suis pas sûre que je changerais les choses, j'ai fait ce que j'ai pu, toujours.

Quelles sont les 3 valeurs que vous aimeriez transmettre à votre enfant ?

De nos longues conversations, je transmets à ma fille la valeur de la vie, le respect de l'autre, l'importance de toujours garder une certaine maitre de soi, de se conduire de façon respectueuse pour être respecté(e), et surtout d'être heureuse !

Quels sont les 3 adjectifs qui vous qualifient en tant que femme ?

On dit de moi que je suis courageuse, curieuse de tout, à l'écoute des autres.... 

Quels sont les 3 adjectifs qui vous qualifient en tant que mère ?

J'essaie toujours d'être attentive, à l'écoute, et respectueuse de la liberté et des choix de ma fille.

Quels sont vos rêves futurs ?

Je rêve d'un deuxième lieu où je pourrais accueillir encore plus d'enfants !

Le mot de la fin ?

Venez découvrir mon association Les Petits Loulous du 9e ! C'est un lieu plein d'amour, et vraiment bien pensé ! ll y a plusieurs salles pour pouvoir offrir un maximum d'activités : anglais, arts plastiques, batterie, danse classique, musique, judo, karaté, théâtre… il y aura sûrement une activité qui conviendra à votre enfant et, peut-être, à vous aussi comme parent, puisqu'on y organise des cours de yoga, des massages maman-bébé, et plein d'autres choses !

Et pour en savoir plus sur Les Petits Loulous du 9ème ?

Découvrez notre site Les Petits Loulous du 9e

Découvrez le lieu : 56 rue de Douai 75009 Paris

Appelez-nous ! 06 10 61 08 75

 

Une interview exclusive de PopMoms. Tous droits réservés©

 

       

Commentaires