Parents, pourquoi votre amour ne suffit pas !

Par LMT

Un proverbe dit :  « Qui est riche a beaucoup de parents » ! Rien ne pourrait être plus vrai.

Car quel que soit l'amour que l'on porte à son enfant, il se construira avec d'autant plus de richesse et de stabilité qu'il sera entouré de personnes bienveillantes différentes !

Les parents urbains éprouvent souvent une grande solitude due aux nouveaux rythmes de vie où l'on est toujours pressé, méga occupé, en course contre le temps. On n'a pas de temps pour soi, et souvent pas de temps pour sa famille en dehors du cercle très réduit de la famille nucléaire.

Or l'enfant se construit par ses interactions avec les autres, par l'écoute et par l'observation et l'imitation de différents modèles, et cela tout autant que par ses explorations directes du monde.

La famille, au sens large du terme, peut constituer un gage de stabilité et de sécurité, un pilier sur lequel l'enfant sent qu'il peut compter, des figures positives d'identification qui ne sont pas ses parents mais qui lui rappellent ceux-ci et lui donnent  le sentiment de le protéger.

Les grands-parents, oncles et des tantes, même s'ils n'apparaissent que ponctuellement dans leur vie, pour autant qu'ils soient bienveillants, aident les enfants à acquérir un plus grand sentiment de confiance en eux. Une sérénité bien plus forte que s'ils étaient seulement rassurés par leurs parents et s'ils se sentaient seulement aimés par ceux-ci.

La présence ponctuelle ou régulière de membres de la famille élargie - même s'ils peuvent avoir leurs défauts - leur apporte une sécurité affective.

Si vous tombez malades,  si vous devez vous absenter, si vous vous séparez en tant que couple... ce sera la famille, les amis, voire des voisins très présents qui vont contribuer à rassurer vos enfants en les ancrant dans leurs repères habituels.

La famille au sens large peut ainsi constituer un gage de stabilité et de sécurité, un pilier sur lequel l'enfant sent qu'il peut compter, des figures positives d'identification qui ne sont pas ses parents mais qui lui rappellent ceux-ci et lui donnent le sentiment de le protéger.

Les grands-parents, les oncles et les tantes apprennent aux enfants d'où ils viennent et comment c'était « avant » : la famille est la preuve d'une histoire passée et à venir.

Généralement, les enfants adorent savoir comment leurs parents étaient, avant eux, quand ils étaient petits, les bêtises qu'ils commettaient ; ils ont du plaisir à feuilleter de vieux albums, à entendre parler de ce qu'ils aimaient ou détestaient... Les photographies, les anecdotes, les histoires aident les petits à construire leur identité en s'inscrivant dans une lignée. L'histoire familiale s'ancre dans des traditions, des rituels, une région d'origine avec ses saveurs et ses couleurs...

Variété fait beauté !

L'inclusion dans leur vie de différentes personnes en qui ils ont confiance amène les enfants à être stimulés de différentes façons : ils sont exposés à plusieurs façons de penser, de s'exprimer, de jouer, etc.

Chaque personne étant unique et ayant un bagage personnel à transmettre, cela enrichit leur univers, éveille leur curiosité, les amène à s'adapter à des individus qui ont d'autres savoirs et d'autres façons de faire que leurs parents, ce qui aboutit à leur développement de différentes habiletés sociales ou autres.

Par exemple, leur grand-père les emmène à la pêche et leur fait connaître les poissons et les habitats aquatiques ? Ou encore il les initie à des jeux traditionnels ? Une tante leur fait apprécier les randonnées dans la nature et leur parle des plantes ? Un oncle leur montre le yoga ou joue avec eux au football ? Ces personnes ont probablement du plaisir à leur transmettre une partie de leur bagage et à les éveiller à ce qui leur tient à cœur, élargissant ainsi leurs horizons.

Oncles, tantes, grands-pères et grands-mères peuvent nouer et entretenir des relations de complicité privilégiées avec les enfants de leur famille ; ces relations tendent à être moins conflictuelles que celles que les enfants ont avec leurs parents, parce que le rapport d'autorité est moins présent. Contrairement aux pères et aux mères, qui doivent s'occuper quotidiennement de leur progéniture quel que soit leur niveau de stress, de fatigue, de préoccupations et d'engagements, les grands-parents ou d'autres membres de la famille, ou encore des amis de la famille, choisissent d'être avec eux ; et, parce que leurs devoirs ne sont ni obligatoires, ni à temps plein, ni journaliers (sauf dans certains cas), ils sont plus détendus, plus patients, moins sévères et moins exigeants. Ils peuvent prendre davantage leur temps et, sans avoir besoin de mots, ils transmettent aux enfants cette disponibilité et cet état d'esprit. Ils leur permettent de se défouler et de faire des choses différentes, comme courir pieds nus dans l'herbe. Leurs réactions devant certains comportements difficiles des enfants ont aussi des chances d'être moins tranchées.

Les cousins germains ou les voisins peuvent nouer entre eux de très beaux rapports : si leurs parents respectifs sont proches, ils seront exposés au départ à un climat chaleureux et solide. Les enfants bénéficieront aussi du fait qu'ils auront des rapports non entachés par la rivalité qui existe parfois entre frères et sœurs.

Vous habitez loin des membres de votre famille, ou ceux-ci ne cherchent pas à s'impliquer dans la vie de vos enfants ?

Bien que ce soit dommage, vous pouvez vous tourner vers d'autres belles ressources : des voisins qui vous ressemblent et en qui vous avez confiance, qui ont peut-être des enfants de l'âge des vôtres, de très bons amis qui aiment vos enfants et qui ont envie de leur apporter quelque chose... L'important est que vos enfants bénéficient de la présence d'adultes stables, fiables et aimants dans leur vie, desquels ils se sentent appréciés et aimés, qui les valorisent, à qui ils peuvent se confier et qui peuvent leur servir de mentors, qu'il s'agisse ou non de membres de leur famille.

De telles relations bénéfiques ne peuvent avoir lieu qu'à la condition que les parents les encouragent.

Vous avez le sentiment que votre famille ne vous aide pas ? Qu'elle sape votre autorité ? Que vos parents, frères, soeurs, cousins, cousines ont bien assez de défauts et qu'il vaut mieux les tenir à l'écart de vos enfants ?

Personne n'est idéal, et certains membres de votre entourage ne savent pas rester à leur place.

Bien que vous soyez conscients des avantages de la participation d'adultes aimants à l'épanouissement de vos enfants, vous pensez que, parfois, cela crée des conflits : vous avez votre routine, vos valeurs, votre propre façon de fonctionner, et vous sentez que certains des messages transmis par vos proches contredisent vos règles, qu'on s'immisce dans vos affaires, qu'on vous noie constamment de recommandations qui soulignent, à vos yeux, votre « incompétence ».

Des membres de votre famille vont jusqu'à vous critiquer ouvertement devant vos enfants en lançant des commentaires qui vous semblent désobligeants, comme « tu ne devrais pas réagir comme ça », « tu ne devrais pas faire cela », « tu ferais mieux de le laisser faire », etc.

Bien sûr, l'appartenance à une famille ne garantit pas la solidarité, et il est irritant de se voir reprendre souvent, et encore plus devant les enfants, car cela peut susciter des problèmes en sabrant votre autorité.

Avant de réagir vivement, gardez cependant en tête les points suivants :

  • La plupart du temps, nos proches interviennent parce qu'ils croient sincèrement nous faire bénéficier de leurs propres expériences et de leurs erreurs. Essayez de ne pas prendre la mouche et de peser le pour et le contre de qu'on vous dit avant de tout rejeter en bloc, même si vous êtes épuisés par votre semaine de travail et par vos tâches domestiques, et que vous avez les nerfs à vif.
  • Essayez de régler les choses, de façon pacifique, au lieu de laisser un gouffre se créer et de couper les ponts, ou, au contraire, de perpétuer les disputes. Faites preuve de diplomatie : commencez par dire gentiment que vous appréciez l'intérêt de l'autre personne, mais soulignez le fait que vous savez ce que vous faites. Il arrive qu'une seule conversation à cœur ouvert éclaircisse les choses et aide à régler la situation : ce n'est pas que l'autre personne ne donnera plus jamais son avis, mais peut-être apprendra-t-elle à attendre que cela soit vraiment nécessaire. Parfois aussi, si l'autre donne son avis discrètement de temps en temps et que cela s'arrête là, voyez le bon qu'il y a à en tirer. Vous ne voulez pas, après tout, qu'on se désintéresse de vos enfants ! Les interventions montrent généralement qu'on a à cœur l'intérêt des petits, et cela est irremplaçable.
  • Demandez fermement qu'on ne vous fasse pas de commentaire ou qu'on ne vous contredise jamais en présence de vos enfants. La règle d'or est qu'on ne sape pas votre autorité parentale légitime et qu'on ne vous donne pas tort devant les petits. Il est important que ceux-ci ne soient pas soumis à des messages contradictoires et que votre autorité ne soit pas minée. Si cela se produit, cependant, gardez votre calme : rappelez-vous que l'enfant apprend de ses interactions avec les adultes, mais aussi des interactions entre adultes dont il est témoin. Si vous vous énervez et si vous criez, il retiendra que c'est un mode de communication normale. Si vous vous taisez et si vous vous laissez faire systématiquement, il apprendra que la soumission est justifiable. Expliquez à vos parents ou aux autres membres adultes de votre famille qu'une façon de s'y prendre est de vous prendre à part avant d'intervenir.
  • Acceptez que les règles soient différentes chez un autre membre de la famille à qui vous confiez vos enfants : Vous interdisez par exemple les boissons gazeuses dans votre foyer, mais quand votre enfant est chez ses grands-parents on lui en propose ? Vous voulez que vos enfants soient systématiquement couchés à 20h mais ils dorment plus tard quand vous les confiez à un autre membre de la famille ? Les exemples ne manquent pas... Mais sachez qu'il est sain pour l'enfant d'être confronté à d'autres modes de pensée et d'autres valeurs que les vôtres. Cela s'aide aussi à se construire. Et vous pouvez aisément l'aider à faire la part des choses en lui expliquant par exemple que : "Chez mamie, on fait comme mamie veut, si mamie t'autorise à prendre un coca de temps en temps c'est ok, mais à la maison, tu connais les règles", ou encore ""Tata aime veiller le soir avec toi, c'est ok, mais tu sais que c'est exceptionnel, c'est seulement chez tata que c'est permis"... L'enfant a ainsi votre autorisation pour enfreindre de petites règles, dans un contexte clair. Même si ces exceptions ne vous emballent pas, elles vous permettront de ne pas sentir que les règles de vie que vous inculquez à vos enfants sont mises en danger. Au contraire, elles ne feront qu'être réaffirmées. Et votre enfant saura qu'il a votre consentement pour les exceptions, et que les choses ne se font pas dans votre dos.
  • Si vous faites efforts et concessions avec votre entourage, et que vous voyez que la diplomatie ne vous a menés nulle part, mettez les points sur les i : n'attendez pas que la situation soit très tendue et que vous soyez près d'exploser avant de réagir, car vous perdriez votre objectivité et seriez capables de vous blesser mutuellement. Montrez-vous ferme et clair/e, et ne vous laissez pas manipuler par un chantage affectif. Mais demeurez aussi ouvert/e à l'autre et ne restez pas campé/e sur vos positions juste par esprit de contradiction ou en raison de votre colère. Donnez quelques chances à l'autre. Il serait regrettable de priver vos enfants de membres de leur famille par étroitesse d'esprit. Toutefois, si vous vous rendez compte qu'il n'y a rien à y faire et qu'il n'y a pas moyen de trouver de terrain d'entente pour des choses qui vous semblent d'une importance vitale pour vos enfants, alors couper les ponts peut être salutaire, en tout cas de manière momentanée, pour appuyer la fermeté de votre position.  Le bien-être de vos enfants passe avant tout.

Avez-vous un témoignage de parent ou un point de vue à apporter ? Partagez votre opinion sur le groupe et forum Facebook PopMoms Community avec toute la communauté de parents !

Un article signé LMT pour PopMoms, tous droits réservés©

Crédit photo : cristian-newman-63291-unsplash

 

       

Commentaires