Connaissez-vous le syndrome de Noël ?

Par Caroline Leleu

Cette étrange pathologie se manifeste par une angoisse disproportionnée à l'instant des fêtes !

Paradoxalement, Noël, synonyme de joie et d'amour, génère chez certaines personnes un stress qui n'a apparemment pas de raison d'être.

En cause ? La forte symbolique véhiculée par ces fêtes. Noël renvoie automatiquement à l'enfance, et à un imaginaire collectif très chargé.

Or, en fonction de ce que les psychologues appellent notre « ancrage psychique », notre réaction face aux symboles va être plus ou moins disproportionnée.

Amandine Mallaizee, psychologue clinicienne de l'activité, explique :

- « Noël est une période qui cristallise les émotions, et qui peut faire remonter beaucoup d'événements plus ou moins douloureux de notre histoire. Si l'on ajoute que cette fête survient dans une période de grisaille, où les gens sont généralement fatigués, on peut comprendre que certains la vivent avec difficulté. Et cette fête de famille est aussi difficile pour les personnes qui sont obligées de la vivre seules, ou pour les nouveaux divorcés séparés de leurs enfants pour la première fois ».

Alors, voici quelques idées pour profiter à nouveau pleinement de la joie de Noël... 

Gérer la famille et la belle-famille !

Parmi les sources d'angoisse liées aux fêtes de Noël, la famille et la belle-famille arrivent largement en tête.

Pour beaucoup, le sujet prête plutôt à sourire et à se moquer gentiment, Margaux raconte :

- « La famille de mon mari est très traditionnelle. Chez eux, les fêtes manquent vraiment de fantaisie, tout est organisé au cordeau. Le menu est planifié des mois à l'avance. Ma belle-mère propose au dessert la même buche de Noël depuis des dizaines d'années ! »

Elle ajoute encore :

- « Le programme est toujours le même, organisé à la minute près : messe de minuit, remise des cadeaux... Pour moi qui viens d'une famille où le bazar règne en maître, où les invités se greffent à la dernière minute sans que cela ne gêne personne, où le menu du soir s'organise quelques heures à l'avance et où ca hurle de partout, le côté très « léché » et classique de ces fêtes familiales peut être déstabilisant, même si, au fond, par bien des aspects, ce n'est pas désagréable ! »

L'organisation n'est souvent pas le seul sujet de différend !

Les grandes réunions familiales sont souvent aussi le lieu de discussions de fond qui peuvent heurter des convictions profondes.

Elisabeth explique :

- « Lorsque j'entends mes beaux-frères aborder certains sujets, il m'est difficile de ne pas quitter la table. Racisme, snobisme… Je suis réellement blessée par ces discussions, et en quelque sorte humiliée de devoir y assister. Mon mari a horreur du conflit, il ne réagit donc pas, même si je sais qu'il est lui aussi en profond désaccord avec les idées exprimées. »

Des discussions qui deviennent difficiles à vivre quand elles touchent aux enfants :

- « Pour moi, la vraie question se situe au niveau des enfants. Faut-il, au nom des valeurs familiales, accepter sans broncher qu'ils assistent à de telles hérésies ? Ou faut-il couper les ponts ? La réponse est difficile... »

Charles pour sa part appréhende les retrouvailles avec sa famille ; jeune papa divorcé depuis peu, il sait que ses parents vont y aller bon train sur les réflexions : l'éducation de ses enfants, son amour un peu trop développé pour la bonne chair et le vin de qualité (« c'est vrai que j'ai pris quelques kilos ces derniers temps », concède-t-il de bonne grâce), ses tentatives de monter une entreprise qui ne donnent pas les résultats escomptés...

- « Quand je venais avec mon ex-femme, mes parents étaient plus discrets dans leurs réflexions. Maintenant que je reviens en famille en tant que célibataire, ils agissent à nouveau comme si j'étais un petit garçon » observe-t-il non sans finesse.

Vous vous retrouvez de près ou de loin dans ces témoignages ?

Voici quelques pistes pour un Noël plus harmonieux...

Des conseils pour déjouer les tensions...

Juliette Hamelin, coach en méditation parents-enfants, vous donne deux conseils de bon sens :

  • Autorisez-vous à faire des choses qui vous plaisent pendant votre séjour ! Rien ne vous oblige à être collés les uns aux autres pendant toute la durée de vos vacances.
  • Prenez du temps pour vous SEUL(E), lisez, allez courir ou vous promener... C'est absolument fondamental.
  • Votre mère trouve que vous ne participez pas assez aux réjouissances familiales ? Votre cousin vous reproche de ne pas assez vous impliquer dans les tâches ménagères de la tribu ? Votre conjoint aimerait vous voir davantage ? Faites un effort pour ne pas jouer l'ours mal léché, mais accueillez aussi vos limites. En acceptant de vous accorder des moments de solitude (voire en couple, ou en famille « réduite » : enfants et conjoint), vous profiterez sereinement des moments en famille élargie. A vous de trouver vos marques et de les imposer sereinement et gentiment.
  • Au moment du repas, une discussion vous agace, vous êtes mis(e) mal à l'aise par certaines réflexions même si elles ne vous sont pas destinées ? Analysez votre comportement à ce moment : quelles sont les pensées qui vous traversent, quelle est la vitesse de votre respiration ? Reposez-vous fermement sur vos points d'appui. Faites quelques respirations par le ventre en vous concentrant (oui, oui, à table en plein repas ! Ne vous inquiétez pas, cela passera inaperçu !) 
  • Vous avez envie de réagir à une réflexion déplacée ? Avant d'ouvrir la bouche, comptez jusqu'à cinq. Cela vous permettra de voir si votre réflexion en vaut vraiment la peine ;-)
  • Vous avez la sensation de retourner en enfance pendant ce séjour ? Vos parents cumulent les réflexions inadaptées ? Pensez à la phrase magique de la communication non violente : « quand tu fais/dis (...), je ressens (...). A l'avenir, je voudrais que tu (...) ».  

Un exemple ? « Maman, quand tu râles parce que je rentre trop tard alors que j'ai trente ans passés, je ressens de l'agacement et de l'humiliation. A l'avenir, je voudrais que tu te rappelles que je suis une adulte avant de me faire des réflexions ». Simple, non ?

Les cadeaux source de stress ?

Les cadeaux, initialement prévus pour être distribués avec amour et générer de la joie, sont souvent aujourd'hui une source de stress !

Ecoutez Charlotte :

- « Je tremble à chaque fois que je demande à ma belle-sœur ce qu'elle et ses enfants veulent pour Noël. Elle est un peu contrôle freak, et elle a le don pour trouver des idées de cadeaux introuvables et ultra-précis ! Du bracelet qui sera toujours trop petit ou trop grand, à la boîte de Playmobil qui est évidemment en rupture de stocks, la recherche de cadeaux pour elle est toujours un cauchemar ! Je l'adore par ailleurs, mais elle est bien compliquée... »

Face à la surconsommation de cadeaux donnant parfois une certaine impression de débauche, pourquoi ne pas proposer un Noël plus simple cette année ?

Parfois, un cadeau bien choisi vaut mieux que dix achetés en râlant... Surtout pour ses propres enfants !

Vous en doutez ? Explorez nos « 10 idées de cadeaux qui ne coûtent rien ! »

Orienter votre famille vers un Noël raisonné apprendra à vos enfants à vraiment apprécier ce qui leur est donné !

Il est aussi parfois bon de s'inspirer des différentes traditions de Noël à travers le monde ! Certaines recèlent de bonnes idées : Saviez-vous par exemple que dans certains pays scandinaves, on tire au sort le nom d'un convive pour lui faire un beau cadeau ?

La qualité plutôt que la quantité, voilà de quoi résister en douceur au consumérisme ambiant !

Trop de choses à faire ?

Il n'y a pas que la préparation de Noël à prévoir, il faut aussi boucler en supplément l'organisation des vacances, et finir toutes les tâches et missions en cours :

  • Le dossier Dupont à terminer d'urgence avant le 20 décembre
  •  Cinq valises à boucler, sans oublier le lait en poudre d'Achille, le doudou de Marceau, et la robe à paillettes « spécial Noël »  de Joséphine
  • Un hôtel à réserver
  • Les cadeaux à acheter
  • Et bien sûr, nous sommes en pleine période de grèves... Quel plan B ?

Un seul conseil : partagez les tâches ! Confiez une tache à chacun, qui en prendra l'entière responsabilité.

Oui, Monsieur est capable de faire la valise du petit sans oublier les couches-culottes ; Oui, votre collègue peut prendre en charge une partie de vos dossiers sans faire couler l'entreprise... Lâchez du lest, vous verrez, tout se passera bien.

Pour jongler entre le pro et le perso, une petite appli d'organisation ou un site de planning peut aussi vous être utile : Trello notamment est efficace et intuitif.  

Quant à la bonne vieille To Do list papier, elle n'a jamais démérité...

Trouvez votre organisation !

... Et PROFITEZ DE CE TEMPS DE FÊTE, après tout,  « Noël, c'est le « temps de l'amour pour tous » !

Voilà, nous vous souhaitons un Noël serein et heureux !  

Toute l'équipe de PopMoms :-)

 

PopMoms est une application gratuite, sociale et solidaire d'entraide entre parents.

Babysitting gratuit entre parents ? Sorties scolaires alternées ? Covoiturage ? Troc ? Garde partagée ? PopMoms est l'appli qu'il vous faut ! Totalement gratuite, sociale et solidaire, elle permet aux parents d'un même quartier ou d'une même école de s'échanger gratuitement des services ! 

Téléchargez PopMoms sur l'App Store ou sur Google Play ! 

... Et parlez-en autour de vous !

Pour en savoir plus : https://www.popmoms.fr/

Un article exclusif signé Caroline Leleu pour PopMoms, tous droits réservés©

Crédit photo : un immense merci à Andrei Panfiloiu @ Unsplash 

 

       

Commentaires



Les autres articles